LA CASAMANCE



MILIEUX ET OISEAUX

Région historique et naturelle située au sud-ouest du Sénégal et partiellement isolée du reste du pays, la Casamance est bordée par la Gambie au nord, par la Guinée-Bissau au sud ; elle doit son nom au fleuve Casamance qui la traverse d'est en ouest.








Vaste de 28 350 kilomètres carrés, la Casamance présente un fort intérêt écologique, en particulier pour son avifaune. Parmi les principaux grands milieux qu'on y rencontre citons les mangroves et les bolongs, les marais, les rizières, les savanes, les forêts, les zones cultivées.

HISTOIRE DE L'ORNITHOLOGIE

L’étude de l'avifaune de Casamance a démarré au 18e siècle avec le naturaliste français Michel ADANSON qui publia en 1757 une Histoire naturelle du Sénégal. Puis un siècle plus tard, en 1884, une liste d'oiseaux est établie par Alphonse TRÉMEAU DE ROCHEBRUNE dans sa Faune de Sénégambie. Mais ce n’est véritablement qu’au 20e siècle que plusieurs publications dressent des listes complètes des oiseaux de Sénégambie (dont la Casamance) et que plusieurs ornithologues amateurs et professionnels font état de la distribution et du statut des oiseaux de cette région : citons David A. BANNERMAN, The Birds of Tropical West Africa, 1930-1951 et The Birds of West and Equatorial Africa, 1953 ; Gérard J. MOREL et Francis ROUX, Données nouvelles sur l'avifaune du Sénégal, 1962 ; André R. DUPUY, Le Parc National de Basse-Casamance, 1971.



L’ouvrage le plus complet et le plus détaillé est sans conteste celui de Gérard J. MOREL et Marie-Yvonne MOREL, Les Oiseaux de Sénégambie, 1990, qui synthétise 30 années d’observations de terrain au Sénégal et où sont intégrées les données de nombreux naturalistes. Parmi ceux-ci, il faut distinguer le père Antoine SALA qui fit avec enthousiasme l’inventaire de la forêt du Parc de Basse-Casamance de 1978 à 1983. Plus récemment, Alain SAUVAGE et Stephen P. RODWELL (1998) publient dans Malimbusles résultats acquis de 1984 à 1994 au Sénégal, Notable observations of birds in Senegal (excluding Parc National des Oiseaux du Djoudj), où figurent de nombreuses données nouvelles pour la Casamance. Notre propre travail démarre à partir de 2007, à l'occasion de séjours prolongés dans la région de Ziguinchor.


L'ATLAS EN COURS